Le dépistage génétique des embryons réduirait les chances de grossesse

Publié le par Webmaster

Lyon, France

Le dépistage des maladies génétiques sur les embryons de femmes d'âge avancé avant l'implantation dans l'utérus pourrait réduire les chances de grossesse, selon une étude française.

Les résultats de l'étude, qui laissent certains experts dubitatifs, suggèrent que le dépistage génétique ne devrait pas faire partie des examens de routine pour les femmes âgées de plus de 35 ans qui ont recours à la fécondation in vitro (FIV), a expliqué l'un des auteurs de la recherche, le Dr Sebastiaan Mastenbroek, du Centre de médecine reproductive à l'Université d'Amsterdam.

Lors du dépistage génétique, une cellule d'un embryon est prélevée afin de rechercher d'éventuels défauts chromosomiques qui pourraient engendrer des anomalies comme la trisomie 21. Les médecins pensent souvent qu'ils peuvent donner de meilleures chances à une femme mûre de tomber enceinte s'ils sélectionnent les embryons les plus «prometteurs».

Certains spécialistes soupçonnent de leur côté les centres de fertilité d'apprécier les tests génétiques parce qu'ils sont facturés cher, sans que leur utilité soit prouvée.

Pour l'étude, également publiée mercredi dans le New England Journal of Medicine, les embryons de la moitié d'un groupe de 408 femmes âgées de 35 à 41 ans ont été testés, la moitié étant soumis au dépistage génétique. Le taux de grossesse parmi les femmes ayant subi ce test était de 25% contre 37% pour les autres. En outre, plus de 60% des embryons dépistés puis implantés présentaient des anomalies.

Le Dr Mastenbroek et ses collègues avancent plusieurs explications possibles à ce phénomène: «la biopsie servant au prélèvement de la cellule pourrait nuire au développement de l'embryon plus qu'on ne le pensait», où la cellule examiné pourrait ne pas être représentative de l'embryon tout entier.

Le Dr Anna Ferraretti, directrice scientifique de la Société italienne d'étude de la médecine reproductive, a exprimé des réserves sur la méthode employée dans l'étude, qui avait pu influer sur les résultats.

http://www.cyberpresse.ca/article/20070705/CPSCIENCES/70705015/1020/CPSCIENCES
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article