Evolution des techniques d'assistance médicale à la procréation

Publié le par Webmaster

Parmi les différentes techniques d'assistance médicale à la procréation (AMP), la fécondation in vitro (FIV) et l'Icsi (intracytoplasmique spermatozoïde injection) sont les plus courantes. L'efficacité et l'intérêt de nouveaux protocoles ont été débattus lors du dernier congrès mondial de la fertilité à Durban (Afrique du Sud) en mai dernier.

La FIV "allégée" est un nouveau protocole de stimulation ovarienne. Elle consiste en une stimulation qui respecte, en partie, le cycle naturel et vise à obtenir un nombre réduit d'ovocytes. Cette technique permet de réduire les complications d'hyperstimulation et de raccourcir le temps de ponction des ovocytes. Elle permet enfin d'obtenir un taux de naissances identiques à celui des méthodes classiques.

Pour l'Icsi, les spermatozoïdes sont sélectionnés sur leur morphologie grâce à un microscope. La mise au point de nouveaux microscopes permet maintenant d'observer les anomalies fines de morphologie grâce à un grossissement de 6 600 fois (au lieu de 300). Cette technique, nommée Msome (Motil Sperm Organellar Morphology Examination) permet de sélectionner un spermatozoïde suivant des critères très précis et de réduire le taux d'échec des Icsi.

Enfin, la diminution des grossesses multiples est aujourd'hui une priorité. Le transfert d'embryon unique ou single embryo transfer (SET) peut être proposé aux femmes de moins de 36 ans, à condition d'avoir un "embryon de qualité", sélectionné selon des critères précis. S'ils sont respectés, on obtient un taux de naissance identique à celui obtenu lors du transfert de 2 embryons non sélectionnés...

© genethique.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article