Elle congèle ses ovules pour sa fille

Publié le par Webmaster

Une spécialiste de l'éthique remet en question un traitement de fertilité
 
Par Jonathan Montpetit
Canadian Press

MONTREAL (PC) - L'une des plus importantes spécialistes de l'éthique en matière de médecine au pays estime que le traitement de fertilité sans précédent dans le cadre duquel une Montréalaise a fait congeler quelques-uns de ses ovules pour que sa fille de sept ans puisse éventuellement les utiliser va à l'encontre des droits de l'enfant à naître.

Une équipe de chercheurs de l'Université McGill, à Montréal, a annoncé ces derniers jours avoir commencé à congeler les ovules de Mélanie Boivin à l'intention de sa fille, atteinte du syndrome de Turner, maladie qui stoppe la croissance et rend infertiles plusieurs des femmes qui en sont atteintes.

Le Dr Yariv Gidoni, membre de l'équipe de spécialistes, a indiqué que c'était la première fois que ces derniers étaient appelés à congeler les ovules d'une femme destinés à une autre femme.

Toutefois, Margaret Somerville, qui dirige le Centre de médecine, d'éthique et de droit de l'Université McGill, a estimé que la procédure soulevait d'importantes questions d'éthique.

En entrevue, Mme Somerville a demandé quels étaient les droits d'un enfant à ne pas venir au monde de cette façon. La spécialiste a fait remarquer qu'un nombre croissant de documents laissaient entendre que plusieurs enfants nés grâce à la procréatique ne partagaient pas les motifs ayant mené à leur naissance.

 

© La Presse Canadienne 2007
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article