Les limites de la procréation médicalement assistée

Publié le par AllianceetFécondité

Aujourd'hui 10 à 15% des couples en France ont des difficultés à concevoir un enfant et consultent pour infertilité. C'est pourquoi lors de la récente Journée nationale de la fertilité, une conférence a été organisée sur les derniers développements de la médecine en matière de reproduction.

"La magie de la naissance conserve encore une bonne part de mystère" a souligne le Pr René Frydman, qui se félicite que des réponses ne soient pas systématiquement apportées à toutes les questions scientifiques, techniques, médicales et éthiques.

Si l'isolement des cellules souches demeure impossible lors de la création d'un embryon, René Frydman admet que "la culture de cellules nerveuses, musculaires ou osseuses, utiles dans un cadre thérapeutique, permet d'imaginer la création de gamètes".

Mais, il reconnaît qu'"au niveau de l'embryon lui-même, on sait finalement bien peu de choses et on ignore encore les raisons de tant de malformations chez l'humain, entraînant 50% de fausses couches".

Rappelons que chaque année plus de 19 000 enfants naissent suite aux techniques d'assistance médicale à la procréation et 39% des ponctions réalisées aboutissent à des naissances.

René Frydman souhaite une transparence "pour que les couples ne se bercent pas d'illusions" et rappelle que "notre rôle est aussi d'expliquer aux couples qu'il existe des solutions alternatives et que l'on peut devenir parents sans se reproduire".

© genethique.org

Synthèse de presse bioéthique du lundi 21/04/08

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article