Les chiffres de l'AMP 2002-2005

Publié le par Webmaster

L'Agence de la Biomédecine publie aujourd'hui le bilan 2002-2005 de l'assistance médicale à la procréation (AMP). "D'une manière générale, le recours aux différentes techniques d'aide à la procréation durant la période 2002-2005 est relativement stable", commente François Thépot, professeur d'embryologie et de cytogénétique et adjoint au directeur médical de l'agence.

En 2005, 19 026 enfants sont nés d'une technique AMP, ce qui représente 2.4% des naissances, soit 1 enfant sur 40. En 2005, 57 777 inséminations artificielles (IA) ont été réalisées, ce qui représente une augmentation de 1.06% par rapport à 2004. Les micro-injections directes de spermatozoïdes dans l'ovocyte (ICSI) ont augmenté de 1.14%, entre 2004 et 2005, pour atteindre les 30 049 injections. Les transferts d'embryons congelés (TEC) ont eux aussi augmenté : 13 539 transferts ont été réalisés en 2005, soit une croissance de 1.2%. Le nombre de fécondation in vitro (FIV) a lui diminué entre 2004 et 2005, passant de 21 749 à 21 635.

L'âge des femmes engagées dans une FIV ou une ICSI avec le sperme de leur mari a globalement augmenté. Le nombre de femmes de 32 ans et plus a augmenté de 1.12% (18 733) ; celui des femmes de 33 à 38 ans de 1.13% (19 929) ; celui des femmes de 39 à 41 ans de 1.09% (6 475) et celui des femmes de 42 ans et plus de 1.01% (1 949).

Dans 51 375 cas, les inséminations artificielles ont été "intraconjugales", c'est-à-dire réalisées avec les cellules sexuelles du couple. Dans 6 402 cas, les IA ont été faites à partir de dons de spermatozoïdes. 1 enfant sur 625 nés après une AMP a été conçu avec la cellule sexuelle d'un tiers.

Le nombre d'AMP avec don d'ovocytes a en effet augmenté : en 2005, 1 213 demandes ont été jugées recevables mais toutes n'ont pas pu être satisfaites. Selon l'agence, il aurait fallu 700 dons d'ovocytes contre 168 effectifs. "Une pénurie à laquelle nous avons commencé à remédier en autorisant le don d'ovocyte direct, et non plus obligatoirement congelé", ajoute François Thépot. L'Agence de la Biomédecine devrait aussi lancer, au printemps, une campagne de sensibilisation afin d'augmenter le nombre de donneuses. 

Le taux de réussite d'une AMP, en terme de naissances, reste autour de 20% par tentative. Par ailleurs, l'Agence de la Biomédecine déplore le taux élevé de grossesses multiples, "situation qui réclame de meilleurs pratiques de stimulation ovarienne ainsi qu'une réduction du nombre d'embryons transférés dans l'utérus".

Fin 2005, on recensait 141 460 embryons, conçus in vitro pour 38 274 couples, congelés. 58% d'entre eux faisaient, fin 2005, l'objet d'un projet parental.

© genethique.org
Synthèse de presse bioéthique du mardi 29/01/08

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article